Mind-Concept

Entraide, échange, détente, tutoriels, partage, discussions, vie quotidienne


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Certaines personnes sont comme des trous noirs ...

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

jeREetc

avatar
Salut les humains !



Je pense qu'on fait tous ça : quand on a un "excès" d'énergie positive, on la distribue plus ou moins spontanément autour de soi.
Et quand on tombe sur une personne déprimée ou dépressive, on a tendance à vouloir la "booster" un peu, en lui faisant une petite "transfusion d'énergie positive"


Mais voilà le problème : il y a des personnes qui sont de véritables trou noirs ... de véritables pompes à énergie ...

J'irais pas jusqu'à dire que l'on investit à perte, car l'énergie qu'on leur donne les aides à aller mieux, mais elles demandent tellement d'énergie, que ça en devient épuisant ... presque destructeur ...

J'avais déjà vécu cette expérience l'an dernier.
Une nana dépressive et boulimique que j'avais voulu aider à aller mieux, et qui, au final, m'avait tellement épuisé qu'elle m'avait presque transmis sa dépression ...

Cette année encore, une nana hyper dépressive, boulimique et morbide m'était tombée dessus (heureusement que ce n'était que sur le net), mais je me suis montré lâche, car je ne voulais pas renouveler l'expérience ...

Et là, j'ai encooooore une dame (cette fois) avec qui je correspond, qui elle aussi est dépressive, défaitiste et démoralisée ... enfin bref.


Ma question : Comment peut-on aider ce genre de personne sans s'épuiser soi-même ?

Que faites vous lorsque vous "tombez" sur une personne comme ça ?
Vous avez déjà assez de vos problèmes, et vous ne cherchez pas à trop vous investir ?
Vous fuyez ?
Vous les aidez ? Et si oui, jusqu'à quel point, quelle limite ?

Cougina

avatar
l'était passé à la trappe celui-là!

je n'ai malheureusement aucune réponse "universelle" à t'apporter...

j'en dirais juste qu'il ne faut surtout pas te mettre toi-même en "danger"... il y a des professionnels qui sont là pour ça...

après, s'il s'agit d'une personne que tu apprécies réellement, qui te touche ( émeut ) profondément... alors... l'écoute active, la sincérité... mais surtout pas une disponibilité à toute épreuve! savoir garder ta propre vie, ta propre énergie, ta propre joie de vivre est certainement le mieux que tu puisses lui apporter ( à condition que ce soit naturel )...

voilà tout ce que je peux en dire... une partie de ce que j'en pense

jeREetc

avatar
Cougina a écrit:l'était passé à la trappe celui-là!

je n'ai malheureusement aucune réponse "universelle" à t'apporter...

j'en dirais juste qu'il ne faut surtout pas te mettre toi-même en "danger"... il y a des professionnels qui sont là pour ça...

après, s'il s'agit d'une personne que tu apprécies réellement, qui te touche ( émeut ) profondément... alors... l'écoute active, la sincérité... mais surtout pas une disponibilité à toute épreuve! savoir garder ta propre vie, ta propre énergie, ta propre joie de vivre est certainement le mieux que tu puisses lui apporter ( à condition que ce soit naturel )...

voilà tout ce que je peux en dire... une partie de ce que j'en pense

Effectivement.
J'étais tombé dans le piège de l'hyper disponibilité ... et c'était ça qui m'avait épuisé sur tous les plans.

Et ce fut difficile de mettre une limite, car il y avait un chantage affectif


Mais ça demande un sacré cran, parfois, de mettre une limite, je trouve.
Car en mettant cette limite, la personne peut se sentir abandonnée ... :-/

Même s'il existe des professionnels, certaines personnes refusent de les consulter ....


Mon côté "taoïste antique" me pousserait à accepter les choses telles qu'elles sont : si la personne ne veut pas d'aide d'un spécialiste, qu'elle se démerde et assume son choix. Ce sera sont expérience de vie.
Et je ne donnerais que ce qui sort naturellement de nos interactions.


Mais lorsqu'il existe un lien émotionnel ou affectif, c'est plus dur, d'avoir cette "froideur" et ce "cran", de ne pas s'investir au-delà d'une certaine limite ... :-/

Cougina

avatar
moui... une relation en soi, n'est déjà pas facile.... alors une telle relation demande beaucoup plus d'association, donc de temps, d'énergie... et je pense que toi comme moi on est du style à culpabiliser si on (ré)agit mal...

maintenant... étant moi-même dans une phase de très bas... je dois dire que je ne supporte pas de voir une personne qui m'est chère me "traiter" autrement que comme elle l a toujours fait... sauf si c'est dans le sens de faire un peu plus attention à m'"entendre" sans mot dire ni maudire...

j'sais pas si c'est clair.. c'que je veux dire c'est qu'une personne qui avoue un mal être n'attend pas forcément de réconfort mais parfois peut être juste le soulagement de pouvoir "avouer"...

jeREetc

avatar
Cougina a écrit:moui... une relation en soi, n'est déjà pas facile.... alors une telle relation demande beaucoup plus d'association, donc de temps, d'énergie... et je pense que toi comme moi on est du style à culpabiliser si on (ré)agit mal...
Effectivement ...

Cougina a écrit:
maintenant... étant moi-même dans une phase de très bas... je dois dire que je ne supporte pas de voir une personne qui m'est chère me "traiter" autrement que comme elle l a toujours fait... sauf si c'est dans le sens de faire un peu plus attention à m'"entendre" sans mot dire ni maudire...

j'sais pas si c'est clair.. c'que je veux dire c'est qu'une personne qui avoue un mal être n'attend pas forcément de réconfort mais parfois peut être juste le soulagement de pouvoir "avouer"...

Oui, je comprends (enfin, je pense ).
D'une certaine manière, se délester un peu en "extériorisant" (en avouant), et passer à la suite, en étant un peu plus "léger".

Et effectivement, si la personne à qui tu avoues ton mal être se mettait à changer d'attitude, c'est elle qui pourrait t'empêcher de "passer à la suite" ... elle t'enchaînerait à ce que tu viens d'extérioriser.

C'est délicat tout ça ...

Cougina

avatar
jeREetc a écrit:
Oui, je comprends (enfin, je pense ).
D'une certaine manière, se délester un peu en "extériorisant" (en avouant), et passer à la suite, en étant un peu plus "léger".

Et effectivement, si la personne à qui tu avoues ton mal être se mettait à changer d'attitude, c'est elle qui pourrait t'empêcher de "passer à la suite" ... elle t'enchaînerait à ce que tu viens d'extérioriser.

C'est délicat tout ça ...

oui! c'est tout à fait ça! entre autres....

Anne-Laure

avatar
JeRe

Comment peut-on aider ce genre de personne sans s'épuiser soi-même ?
Il faut déjà avoir les épaules assez larges pour pouvoir porter ses problèmes et ceux des autres (ou plutôt de l'autre)
Donc : Commencer par évaluer le niveau de détresse de l'autre afin de se sentir capable de faire, pour bien faire .. Mais je pense qu'il y aura toujours une couche très mince de protection entre toi et l'autre. Je veux dire qu'il sera toujours difficile de ne pas s'affaiblir. Tout dépend evidemment du niveau détresse de X.

Que faites vous lorsque vous "tombez" sur une personne comme ça ?

J'ai moi même tendance à attirer, ou à être attirée ? par ce genre de personnes. Peut être parce que j'en fais ou en ai fait partie . Je pense que mon côté calme, posé, à l'écoute, qui ne juge pas ... fait que les gens prennent vite confiance, se dévoilent facilement, se confessent .. Ce qui les amène à s'appuyer sur moi, ou peut etre que je les amène à ce résultat, je ne sais pas trop. Peut être un mélange de tout ça ...
Bref, pour répondre à la question un peu plus directement ^^ quand je suis face à ce genre de personne j'ai tendance à ne pas réfléchir quand à mes possibilités. Quelqu'un a peut etre besoin de moi, je me dois de l'aider, ou de faire mon possible pour ... (et suis pas très douée Laughing


Vous avez déjà assez de vos problèmes, et vous ne cherchez pas à trop vous investir ?

Au départ, je ne pense pas à mes problèmes. Les siens me font face, les miens "s'effacent".

Vous fuyez ?

Je ne pense pas avoir déjà fuit ..

Vous les aidez ? Et si oui, jusqu'à quel point, quelle limite ?

Les aider c'est un grand mot. Je suis à l'écoute, j'essaie parfois de proposer des solutions, de diriger la personne vers un autre horizon.
Jusqu'à ... Bonne question ^^ jusqu'à sa "guérison", ce qu'elle ait retrouver une vie correcte, un but, un sourire ...
Je n'ai jamais encore trouvé de limite. On n'y m'y a pas encore retranché ...

jeREetc

avatar
Anne-Laure a écrit:JeRe

Tout d'abord, merci pour tes réponses Anne-Laure ( au passage, il va vraiment falloir que je te trouve un nom de combattante à toi aussi C'est joli "Anne-Laure" mais ça impressionne pas trop )


Anne-Laure a écrit:
Comment peut-on aider ce genre de personne sans s'épuiser soi-même ?
Il faut déjà avoir les épaules assez larges pour pouvoir porter ses problèmes et ceux des autres (ou plutôt de l'autre)
Donc : Commencer par évaluer le niveau de détresse de l'autre afin de se sentir capable de faire, pour bien faire .. Mais je pense qu'il y aura toujours une couche très mince de protection entre toi et l'autre. Je veux dire qu'il sera toujours difficile de ne pas s'affaiblir. Tout dépend evidemment du niveau détresse de X.

Et si tu t'en sens pas capable ?

Parce que comme tu le dis plus bas, c'est parfois ces personnes qui viennent à nous ...

Par exemple, la seconde nana dont je parlais, et que j'ai lâchement fuis, elle venait vers moi pour essayer de trouver une solution à son mal être (je l'ai compris, car j'avais lu son "blog" sur hotmail ).
C'était un peu, d'une certaine manière, un appel à l'aide ... elle sentait que j'avais de l'énergie positive à revendre, et elle espérait que j'allais lui en communiquer ...

Et comme je me suis pas senti assez fort (ou assez courageux, ou assez "généreux" ), je l'ai fuis ...


Anne-Laure a écrit:
Que faites vous lorsque vous "tombez" sur une personne comme ça ?

J'ai moi même tendance à attirer, ou à être attirée ? par ce genre de personnes. Peut être parce que j'en fais ou en ai fait partie . Je pense que mon côté calme, posé, à l'écoute, qui ne juge pas ... fait que les gens prennent vite confiance, se dévoilent facilement, se confessent .. Ce qui les amène à s'appuyer sur moi, ou peut etre que je les amène à ce résultat, je ne sais pas trop. Peut être un mélange de tout ça ...
Un peu pareil pour moi ...

Anne-Laure a écrit:
Bref, pour répondre à la question un peu plus directement ^^ quand je suis face à ce genre de personne j'ai tendance à ne pas réfléchir quand à mes possibilités. Quelqu'un a peut etre besoin de moi, je me dois de l'aider, ou de faire mon possible pour ... (et suis pas très douée Laughing


Anne-Laure a écrit:
Vous avez déjà assez de vos problèmes, et vous ne cherchez pas à trop vous investir ?

Au départ, je ne pense pas à mes problèmes. Les siens me font face, les miens "s'effacent".
C'est vrai.
Et j'ai souvent constaté (par observation et expérience), que nous sommes nombreux à essayer de donner aux autres l'énergie et l'attention qu'on aurait aimé recevoir soi-même ...
C'est parfois un peu comme si en aidant l'autre, on s'aidait soi-même ... en tout cas, ça peut nous aider à nous oublier un peu.

Anne-Laure a écrit:

Vous fuyez ?

Je ne pense pas avoir déjà fuit ..

Vous les aidez ? Et si oui, jusqu'à quel point, quelle limite ?

Les aider c'est un grand mot. Je suis à l'écoute, j'essaie parfois de proposer des solutions, de diriger la personne vers un autre horizon.
Jusqu'à ... Bonne question ^^ jusqu'à sa "guérison", ce qu'elle ait retrouver une vie correcte, un but, un sourire ...
Je n'ai jamais encore trouvé de limite. On n'y m'y a pas encore retranché ...



Merci beaucoup Anne-Laure !



Bon, maintenant, trouvons-toi ce nom de combattante !

Véra

avatar
Je suis désolée mais je crois que je ne pourrai point répondre à tes questions. Puisque je suis plutôt le genre de personne que tu décris ...

Ce qui est vraiment très mauvais pour soi-même mais aussi pour les autres. D'ailleurs mes parents en font très bien les frais à mon humble regret. Mais je n'ai pas eu le choix de leur dire. Nous en arrivions à un tel point que nous ne nous adressions que très peu de fois la parole et ce fut surtout pour (s'en)gueuler. Notre relation devenait chaotique.
Maintenant qu'ils savent. Ils s'inquiètent. Sont tristes de me voir ainsi. Et surtout de savoir la véritable raison. Je ne vais pas mieux pour autant. Mais en même temps c'est compliqué.

Mais bon, je sais très bien dans le fond. Que c'est à cause de mon état que je suis le plus souvent seule. Que je n'ai pas de "véritables amis".

Et je comprends bien que les gens ne veulent pas de personnes aux idées noires, en dépression (ce qui est différent de l'état dépressif !)...

jeREetc

avatar
REsalut Véra !


Véra a écrit:Je suis désolée mais je crois que je ne pourrai point répondre à tes questions. Puisque je suis plutôt le genre de personne que tu décris ...

Ce qui est vraiment très mauvais pour soi-même mais aussi pour les autres. D'ailleurs mes parents en font très bien les frais à mon humble regret. Mais je n'ai pas eu le choix de leur dire. Nous en arrivions à un tel point que nous ne nous adressions que très peu de fois la parole et ce fut surtout pour (s'en)gueuler. Notre relation devenait chaotique.
Maintenant qu'ils savent. Ils s'inquiètent. Sont tristes de me voir ainsi. Et surtout de savoir la véritable raison. Je ne vais pas mieux pour autant. Mais en même temps c'est compliqué.

Mais bon, je sais très bien dans le fond. Que c'est à cause de mon état que je suis le plus souvent seule. Que je n'ai pas de "véritables amis".

Et je comprends bien que les gens ne veulent pas de personnes aux idées noires, en dépression (ce qui est différent de l'état dépressif !)...

Sois pas désolée ...
Pour être honnête, j'ai moi aussi été un "trou noir à énergie positive" pendant presque 10 ans ...

C'est comme ça que j'ai perdu tous mes amis ...


Il faudrait que je farfouille vraiment profond dans ma mémoire pour pouvoir décrire l'état dans lequel j'étais, et la raison pour laquelle j'avais tant de mal (ou si peu de volonté) à m'en sortir ...

Je dis "farfouiller profond", car j'ai vraiment réussi à tourner la page. Et en la tournant, ça a fait comme si je m'étais séparé d'une exuvie pesante à laquelle étaient rattachés les boulets d'un passé pourtant révolu.


Mais par contre, je me souviens clairement de ce moment où tout à basculé, le moment où j'ai eu un "déclic".

C'est vraiment arrivé d'un coup.
J'ai ouvert les yeux pour de vrai, et j'en ai eu assez de ce que j'étais devenu.
J'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai tout changé, seul, sans aide extérieur ...


Il faut du temps parfois pour s'en sortir ... et parfois, il faut décider de le faire tout seul peut-être :-/

Enfin bon ...

Comme je l'ai écris à Anne-Laure la Girafe de combat, on a tous des épreuves à surmonter, des déserts à traverser.
Une expérience de vie ...

Courage à toi Véra !

Et un jeu de mot bébé que je viens juste d'improviser :
Qui vivra Véra !

Véra

avatar
jeREetc a écrit: Sois pas désolée ...
Pour être honnête, j'ai moi aussi été un "trou noir à énergie positive" pendant presque 10 ans ...

C'est comme ça que j'ai perdu tous mes amis ...

Il faudrait que je farfouille vraiment profond dans ma mémoire pour pouvoir décrire l'état dans lequel j'étais, et la raison pour laquelle j'avais tant de mal (ou si peu de volonté) à m'en sortir ...

Je dis "farfouiller profond", car j'ai vraiment réussi à tourner la page. Et en la tournant, ça a fait comme si je m'étais séparé d'une exuvie pesante à laquelle étaient rattachés les boulets d'un passé pourtant révolu.


Mais par contre, je me souviens clairement de ce moment où tout à basculé, le moment où j'ai eu un "déclic".

C'est vraiment arrivé d'un coup.
J'ai ouvert les yeux pour de vrai, et j'en ai eu assez de ce que j'étais devenu.
J'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai tout changé, seul, sans aide extérieur ...


Il faut du temps parfois pour s'en sortir ... et parfois, il faut décider de le faire tout seul peut-être :-/

Enfin bon ...

Comme je l'ai écris à Anne-Laure la Girafe de combat, on a tous des épreuves à surmonter, des déserts à traverser.
Une expérience de vie ...

Courage à toi Véra !

Et un jeu de mot bébé que je viens juste d'improviser :
Qui vivra Véra !



Ô si. Je suis désolée. Comme je regrette tant cet état là. Parce qu'il m'empêche de vivre. Mais aussi de rendre les gens que j'aime heureux.
Je regrette de n'être pas l'amie idéale pour ceux qui se sont ou qui s'aventurent encore à mes côtés. Il en reste certe très peu mais d'un côté nous ne sommes pas aussi proches qu'avec les personnes qui se sont enfouient loin de moi ...
Je ne suis pas la fille idéale. Parce que je fais souffrir mes parents. Et ils ne peuvent rien pour moi. Juste me soutenir comme ils peuvent. Et c'est pas si suffisant d'un côté ...

Tu as bien fait de tourner la page. Et je suis ravie que tu ais réussi. Parce que ce n'est vraiment pas drôle de vivre dans un état proche d'une larve.
Et effectivement c'est souvent à cause du passé que l'on arrive plus à vivre correctement. Ou l'on a perdu une bonne hygiène de vie. Ou l'on a perdu une bonne santé mentale. Ces mauvais moments vécus que l'on arrive pas à oublier, et avec lesquelles on arrive pas à vivre. Ceux que l'on accepte pas.

J'avoue que moi sans aide, je ne sais pas si je pourrai ... Non en fait, je crois aussi que c'est surtout un but qu'il me faudrait. Trouver une raison qui faille que je voudrai continuer de vivre.. Parce que là c'est le trou noir. Mais c'est un engrenage. Sans aide, je ne trouverai peut-être pas de but. Ou inversement. Parce que si j'avais quelque chose, je me battrai pour m'en sortir ... Enfin ce que je dis là pourrait paraître cruel, parce que cela signifie que je ne pense pas à mes parents ... Mais c'est faux. Je suis encore ici et c'est à cause et pour eux que je reste sur terre. Malgré l'envie de tout abandonner. Je ne veux pas mourir juste cesser de souffrir. C'est là la grande nuance que j'essaie de faire comprendre aux gens ... Je n'approuve pas le suicide, surtout quand on a des gens qui nous aiment. Même s'ils ne peuvent pas nous aider (autant qu'ils le faudrait). Même s'il m'arrive de leur en vouloir de ne pas me laisser partir, lors de jours très noirs. Je les aime et jamais je ne leur ferai subir ça...

Il faut du temps pour s'en sortir ... Et je ne sais pas comment faire et surtout par quoi commencer. J'ai tant de problèmes. Des petits bobos aux "graves" problèmes.

Merci. Du courage, j'en ai besoin.

Oui nous en avons tous à surmonter. On a tous son lot de démons. Plus ou moins graves selon les personnes.

Joli jeu de mot

Anne-Laure

avatar
jeREetc a écrit:
Et si tu t'en sens pas capable ?

Parce que comme tu le dis plus bas, c'est parfois ces personnes qui viennent à nous ...

Par exemple, la seconde nana dont je parlais, et que j'ai lâchement fuis, elle venait vers moi pour essayer de trouver une solution à son mal être (je l'ai compris, car j'avais lu son "blog" sur hotmail ).
C'était un peu, d'une certaine manière, un appel à l'aide ... elle sentait que j'avais de l'énergie positive à revendre, et elle espérait que j'allais lui en communiquer ...

Et comme je me suis pas senti assez fort (ou assez courageux, ou assez "généreux" ), je l'ai fuis ...


Je pense que si l'on ne se sent pas capable, mieux vaut la diriger vers autre chose.
C'est préférable tu crois pas ? lutot que de se forcer. Tu sais bien que le résultat ne sera pas positif si tu t'obliges à faire quelque chose, et pour toi, et pour elle ...



Merci beaucoup Anne-Laure !

Le plaisir est pour moi jeRe
(Tu nous manque XD) Laughing



Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum